La Maison des Rigolettes

Salle de bains : début de la couverture des murs

Sur le papier j’avais de quoi avancer en ce début de confinement (COVID-19) et tant mieux car Leroy Merlin était fermé.
Bien sûr n’étant pas en chômage partiel mais devant télétravailler, je ne pouvais compter comme d’habitude que sur mes soirées et mes week-ends.

J’ai tout d’abord ajouté une prise pour l’emplacement futur de la machine à laver : j’ai fait une saignée dans le carrelage et puis j’ai rebouché le tout avec du plâtre, comme la plupart des défauts des murs (lavabo, évacuations, etc …).

saignée et préparation sol

lire la suite…

Salle de bain : on commence par tout vider

Au sous-sol, il y a une salle de bain, qui pendant des années était la seule de la maison. Juste avant que j’achète, les anciens propriétaires avaient créé une salle de douche à l’étage… que j’ai refaite comme le savent ceux qui me suivent depuis longtemps.

L’idée que j’ai depuis le début est de mettre ma machine à laver dans la salle de bains du sous-sol en lieu et place de la douche (jamais utilisée depuis mon emménagement) : ceci permettant de récupérer de l’espace, de me faire une vraie zone de bricolage (établi, rangements) et de faire en sorte que la zone buanderie soit protégée de la saleté.
C’est facile de le dire après 7 ans, mais j’aurai du commencer par ça.

La salle de bain ressemblait à ça : céramique des années 90, lambris en bois au plafond, faïence triste, remplie de trous de chevilles et collée sans niveau…

Aspect de la salle de bain avant

lire la suite…

Escalier du sous-sol

Ce n’était pas forcément l’élément le plus urgent à refaire dans la maison, mais comme j’y passe très souvent et que j’étais inspiré, je me suis lancé.

Je n’ai pas de photos du « avant » à vous montrer, mais pour expliquer rapidement les nouvelles marches d’escaliers en bois (pour monter à l’étage) étaient restées brutes en dessous et les murs étaient recouverts d’une épaisse tapisserie cache-misère. La porte était hors d’âge et ne fermait plus, bref un bon coup de jeune s’imposait.

La première étape a été d’enlever cette tapisserie, afin de découvrir l’ampleur des dégâts.

arrache de la tapisserie

lire la suite…

Table de salle à manger

Voici un projet parallèle, afin de m’occuper quand il faisait trop chaud dehors pour bricoler sur la clôture : la fabrication d’une table pour la salle à manger.
Mon ancienne table extensible en acier/verre avait fait son temps et comme je ne trouvais pas ce que je cherchais dans le commerce, bah … autant la fabriquer moi-même !

Sur le papier le principe est assez simple : prendre un plan de travail en hêtre massif, le couper en 2 bouts identiques, les « coller », puis mettre 4 pieds.

J’ai fait découper le plan de travail à LM, pensant que ce serait plus précis que de le faire moi-même, mais hélas l’un des morceaux était presque de 2mm plus court…
Je n’ai pas pris le premier prix, mais là encore en largeur le plan de travail avait des variations de 5mm, ce qui compliquait fortement l’assemblage.

J’ai tenté de raboté par ci, poncé par là et à un moment … j’ai collé les 2 bouts.

fixation des 2 morceaux

lire la suite…

Clôture : début du chantier

Ma maison est en angle d’une rue très passante « piétonnement » parlant : il y a plusieurs collèges et lycées tout autour, et c’est aussi le cadre de balades dans mon quartier. J’ai également eu droit à quelques vols opportunistes (tomates) ou blagues d’ado (paillasson, nain de jardin, etc…), donc l’idée était de retrouver un semblant d’intimité et de sécurité.

J’ai réfléchi de longs mois (années) sans trouver la solution facile compte-tenu de l’existant, et puis je me suis lancé : je décidé de rehausser mes murets avec des poteaux alu et des lames en bois, comme celles de mon cabanon.

Début Mai, j’avais testé de décoller 2 couvertines sur un des murets et elles étaient parties assez facilement. Ce ne fut hélas pas le cas des suivantes lorsque j’ai continué en Juillet : j’ai du batailler des heures, à coup de massette, disqueuse et autre burineur électrique.

Décollage des couvertines

lire la suite…

Couloir : peintures, parquet et autres finitions

Je vous fait grace des multiples étapes de ponçage, du passage de la sous-couche et de la peinture du plafond, pour en venir à l’essentiel : les finitions.

En premier lieu, il fallait trouver une solution pour l’encadrement de la troisième chambre qui était en retrait. J’ai utilisé des petites plinthes en médium, que j’ai ensuite chanfreinées à la main, laborieusement, pour leur donner l’aspect de l’encadrement de la porte voisine. Ensuite j’ai bouché les divers espaces avec de la pâte à bois et le tour était joué.

Encadrement_porte_fait

lire la suite…

Couloir : reprise des supports

Avec tous mes « petits » soucis professionnels, je n’ai hélas pas pu avancer cet été comme je le voulais sur le couloir de l’étage.
Mais malgré tout j’ai essayé avec le peu de temps dont je dispose de m’en occuper.

J’ai du composer avec l’existant, les propriétaires précédents (depuis les années 90) ayant clairement fait n’importe quoi : rails de placo pour les murs non fixés au plafond, pas de bandes à joint, ancienne colle de tapisserie laissée sur les murs, etc … et c’est donc tout d’abord un patchwork, un puzzle que j’ai du faire, à l’aide de chutes de plaques et de map (plâtre).

patchwork de placo

lire la suite…

Ma chambre : tête de lit

Comme expliqué précédemment, au départ je voulais fabriquer mon lit de A à Z. Finalement j’ai opté pour un lit du commerce.

Mais, de part sa conception les prises derrière le mur devenaient inaccessibles : j’ai donc pu me lancer dans la fabrication d’une tête de lit.
La première étape consistait à fixer des gros tasseaux (lambourdes), en faisant attention de respecter les espacements pour les futurs prises électriques ainsi que l’épaisseur du revêtement de finition.

début du montage des labourdes

lire la suite…