La Maison des Rigolettes

Bureau/Chambre d’ami : isolation et plaquage

J’ai remarqué que la grosse poutre était piquée et qu’il y avait des endroits mous, type sciure : j’ai donc gratté, creusé, puis passé plusieurs couches de traitement, avant d’attaquer le plaquage.

Remarquez au passage l’espace énorme à combler entre le vrai placo et la poutre.

Tant bien que mal j’ai réussi à insérer de la laine de verre de 70 derrière les lattes de bois. J’en ai glissé aussi un peu partout où j’estimais qu’il y avait un manque.

Je ne voulais pas garder l’espèce de vague au niveau du plafond, afin de simplifier la pente vers le velux.
Le souci est que rien n’est aligné… que cela soit les murs périphériques, le plafond, les poutres entre-elles et le velux.
J’ai galéré pendant une journée pour trouver un semblant d’alignement ou plutôt d’équilibre : deux mains supplémentaires auraient été les bienvenues.

Une fois la structure autour du velux assemblée, j’ai mis de la laine de roche en panneau : comme souvent avec moi, c’est ceinture et bretelle.
On peut voir sur la photo la différence entre l’ancienne pente et la nouvelle.

Pour le plafond, même principe, j’ai posé une structure autoportante : entre la gauche et la droite il y a jusqu’à 4 cm de différence, c’est pour dire comme le plafond initial n’était pas de niveau 😀

J’ai là aussi rajouté de la laine de roche, car je n’ai pas du tout confiance en l’isolation faite dans mes combles : j’aurai peut-être dû en faire de même pour les deux autres chambres.

J’ai commencé ensuite la pose du placo (hydro) autour du velux. Il a fallu faire de jolis dessins pour reporter les angles, en se basant sur des mesures via l’équerre.
Avant de mettre les plaques de l’encadrement j’ai glissé de l’isolant derrière.

Pour combler l’espace entre la poutre et le placo, j’ai préparé le terrain avant de mettre du map en glissant de chutes de placo, que j’ai « fixées » avec du joint acrylique.

Viens maintenant l’heure de la grosse déception : malgré tous mes efforts et mes calculs, lorsque j’ai mis le placo la structure a bougé car elle restait assez souple tant que tout la placo n’y était pas vissé (et je n’ai toujours que deux mains).
Donc en plus de ne pas voir la belle ligne horizontale en dessous comme prévu, il y a un gros espace qu’il me faudra combler d’une manière ou d’une autre.

De toutes façons, le mur sous le velux est fait n’importe comment, donc il faudra forcément que je trouve une solution globale.

Si je suivais l’aplomb depuis le haut, je perdrai 10 cm au sol. Voyez par exemple si je pose une règle sans niveau l’espace en dessous.

J’ai recouvert la poutre avec là aussi de jolis angles à reproduire.

Encore de bonnes prises de tête en perspective, mais je commencerai par poser quelques bandes et boucher quelques trous.

Bureau/Chambre d’ami : enfin !

Lorsque j’ai emménagé dans la maison, il y a maintenant plus de 8 ans, la 3ème chambre m’a servi de débarras, afin de stocker les cartons et autres meubles ne pouvant être placés au sous-sol (trop humide).

Force est de constater que cela a duré, et qu’au fil des années cela a même empiré, puisque la pièce s’est retrouvée remplie jusqu’au plafond par endroit.
J’ai bien essayé de vendre quelques meubles et autres affaires inutilisées, j’en ai même donné à des œuvres, mais cela ne suffisait pas, c’était trop lent.

Début Août, j’ai donc pris (ENFIN !) le taureau par les cornes, et j’ai commencé par vider et ranger (ENCORE) le sous-sol.

lire la suite…

Chambre d’Emilie : nouveau lit et tête de lit

Emilie étant grande voire très grande (14 ans et + de 1m74), et même si elle tenait beaucoup à son petit lit bateau qu’elle avait depuis ses 2 ans, j’ai décidé de lui offrir un lit deux places.

De part la configuration de la pièce et la largeur réduite, je n’ai pu lui prendre qu’un sommier cadre tout simple.

L’idée ensuite était de créer une tête de lit sur mesure, celles du marché ne correspondant pas aux dimensions requises.

lire la suite…

Couloir : peintures, parquet et autres finitions

Je vous fait grace des multiples étapes de ponçage, du passage de la sous-couche et de la peinture du plafond, pour en venir à l’essentiel : les finitions.

En premier lieu, il fallait trouver une solution pour l’encadrement de la troisième chambre qui était en retrait. J’ai utilisé des petites plinthes en médium, que j’ai ensuite chanfreinées à la main, laborieusement, pour leur donner l’aspect de l’encadrement de la porte voisine. Ensuite j’ai bouché les divers espaces avec de la pâte à bois et le tour était joué.

Encadrement_porte_fait

lire la suite…

Couloir : reprise des supports

Avec tous mes « petits » soucis professionnels, je n’ai hélas pas pu avancer cet été comme je le voulais sur le couloir de l’étage.
Mais malgré tout j’ai essayé avec le peu de temps dont je dispose de m’en occuper.

J’ai du composer avec l’existant, les propriétaires précédents (depuis les années 90) ayant clairement fait n’importe quoi : rails de placo pour les murs non fixés au plafond, pas de bandes à joint, ancienne colle de tapisserie laissée sur les murs, etc … et c’est donc tout d’abord un patchwork, un puzzle que j’ai du faire, à l’aide de chutes de plaques et de map (plâtre).

patchwork de placo

lire la suite…

Ma chambre : tête de lit

Comme expliqué précédemment, au départ je voulais fabriquer mon lit de A à Z. Finalement j’ai opté pour un lit du commerce.

Mais, de part sa conception les prises derrière le mur devenaient inaccessibles : j’ai donc pu me lancer dans la fabrication d’une tête de lit.
La première étape consistait à fixer des gros tasseaux (lambourdes), en faisant attention de respecter les espacements pour les futurs prises électriques ainsi que l’épaisseur du revêtement de finition.

début du montage des labourdes

lire la suite…

Ma chambre : suite et fin de l’aménagement

Très insatisfait de l’aspect et du touché de mes murs, et après plusieurs jours à chercher des solutions (3ème couche, repeindre, …) j’ai décidé de poncer toute la surface (25m²) à la main.
J’ai fait un test à un endroit qui serait caché ensuite : en remouillant légèrement après ponçage on retrouve l’effet béton.

Seul problème, les endroits où j’avais fait des retouches diluées (ci dessous à coté de interrupteur), mais tant pis, j’en ai marre donc on avance 😉

murs poncés et nettoyés

lire la suite…

Ma Chambre : début des hostilités

En théorie, je devais terminer les finitions de toutes les pièces avant d’en commencer une nouvelle… mais j’ai préféré attaquer ma chambre.

Le plafond avec des dalles de polystyrène, les murs plein de coulures de peintures, les bandes de placo non terminées, ma chambre n’était vraiment pas dans un état appréciable depuis l’achat de la maison.

Les premières étapes ont été de vider l’immense penderie murale (en triant des années de fringues au passage), retirer les panneaux japonais et enfin démonter la penderie en elle-même.

Démontage de la penderie

lire la suite…