La Maison des Rigolettes

Toilettes : début de l’isolation

J’ai choisi d’utiliser la technique dite “optima” que j’avais testé lors de l’isolation des combles de mon beauf Sylvain : on se sert de fourrures et non de rails + montants.

Contrairement à la nouvelle cuisine où j’avais mis entre 50 et 90 mm d’isolant, là j’ai pris des rouleaux de 120, ces murs étant vraiment très froids (nord).

On commence par fixer des fourrures sur le murs et autour de la fenêtre (- de 10 cm) :

début ferraillage
On voit sur la photo que j’ai prolongé l’interrupteur afin de garder la lumière en attendant de créer le nouveau circuit.

Le plus difficle lorsque que l’on a des hauteurs sous plafond supérieures à la normale (2m78) c’est d’arriver à mettre de niveau toutes ces ferrailles, surtout avec une règle de 2m seulement.
Mais à force d’astuces et de vérifications, on arrive à un truc pas trop mal.

ferraillage plafond
L’évacuation de la douche de la salle de bain du haut sera supprimée bientôt, étant donné que je vais changer le bac (trop grand).

Ensuite on place tous les 60 cm environ (sauf ici vu le contexte) des pics sur lesquels viendront se planter les rouleaux de laine de verre.

pose des pics
Pour le compartiment autour du compteur d’eau je vais procéder comme pour une fenêtre.

coffrage technique
Au final, une fois fermé le doublage arrivera à la hauteur du reste de mur porteur (qui fait office d’arche/entrée de l’ancienne cuisine).

Le premier morceau de laine de verre n’a pas été le plus facile à poser, car il comporte toutes les coupes.

début du doublage
Une fois les pics recoupés à la bonne dimension, selon la planéité des fourrures verticales, on accroche des cavaliers de réglage (jaune) où viendront se clipser ces dernières.

doublage 1
Il faut faire attention à l’angle : j’ai du défaire et repiquer plus loin sinon je ne pourrai pas visser la plaque.

doublage 2
J’ai arrêté là pour l’instant car le tuyau de gaz n’était pas encore coupé : or comme on l’aperçoit sur la photo (derrière le trépied) le poid de la laine de verre l’avait complètement plié.
Je n’ai pas osé le toucher car le cuivre peut se rompre très facilement une fois pincé comme il l’est, près du sol…

De plus, il va falloir que je m’occupe de la salle de bain du haut, car il se peut que les nouvelles évacuations tombent en plein dans le doublage : je pensais pouvoir avancer sur ces toilettes sans toucher à l’étage, mais finalement je vais devoir gérer les 2 chantiers en même temps.

Dernière minute : WP, le frère de Maryline est venu pour supprimer l’arrivée de gaz, j’ai donc pu retirer le tuyau qui me génait (merci).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :